Etrigane_House - Le forum

Jeux vidéos et autres passions !


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Jaworski - L'heroic fantasy pour esthètes de la langue française

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Stop, arrêtez tout.
Si à tout hasard vos yeux de lecteur averti ne sont pas encore posés sur l'oeuvre de Jaworski, il faut le faire, là, maintenant, toute affaire cessante.
Jaworski est un professeur de français exerçant dans la froide et jolie ville de Nancy. Très médiéviste, le bougre a un passif de création de scénarios (tous excellents) pour des jeux de rôle, et il est passé à la vitesse supérieure en publiant d'abord le recueil de nouvelles Janua Vera, 7 histoires très variées, marquées par des personnages forts, qui permettent de poser l'univers imaginé par Jaworski : le Vieux Royaume.
Ce qui frappe instantanément à la lecture, c'est le langage - mon dieu, ce gars là a une plume incroyable. Habitués que nous sommes à des romans de fantasy souvent d'origine anglo-saxonne et souvent (hélas) traduits à la va-vite par des tâcherons embauchés à moindre coût par des éditeurs soucieux de faire des économies, nous sommes rarement confrontés à une fantasy exigeante en termes de lecture, littéraire à mort, le genre d'oeuvre qui donne ses lettres de noblesse à un genre tout entier par une exigence de style que n'aurait pas reniée Flaubert.
Le roman qui a suivi, Gagner la guerre, est simplement hallucinant.
Oubliez vos clichés de la fantasy, vous plongez ici en eaux troubles en suivant les pas de l'assassin-cynique à la langue bien pendue Don Benvenuto. L'atmosphère de la ville principale, presque un personnage à part entière, évoque avec bonheur la renaissance italienne. La magie est présente mais se fait discrète et crédible. Quant au bon vieux manichéisme de la fantasy, Jaworski lui tord le cou de façon radicale et définitive :  pas de bons ni de méchants, juste des intérêts divergents, des plans et des manoeuvres pour s'assurer un avenir ou pas, des politiciens tout imprégnés de Machiavel. Extraordinaire.
Pour juger de la qualité d'écriture, regardez un peu ça :

"À peine le temps de me pencher au-dessus du bastingage : mon dernier repas, arrosé de piquette, a jailli hors de mes lèvres. Il a suivi une trajectoire fétide avant de se perdre dans l'écume et les vagues. Encore convulsé par les haut-le-coeur, j'ai essuyé les filaments baveux qui me poissaient le menton. Deux toises plus bas, l'océan se soulevait et bouillonnait, cinglé en cadence par les longues rangées de rames.
Je n'ai jamais aimé la mer.
Croyez-moi, les paltoquets qui se gargarisent sur la beauté des flots, ils n'ont jamais posé le pied sur une galère. La mer, ça secoue comme une rosse mal débourrée, ça crache et ça gifle comme une catin acariâtre, ça se soulève et ça retombe comme un tombereau sur une ornière; et c'est plus gras, c'est plus trouble et plus limoneux que le pot d'aisance de feu ma grand-maman. Beauté des horizons changeants et souffle du grand large ? Foutaises ! La mer, c'est votre cuite la plus calamiteuse, en pire et sans l'ivresse.
Je n'ai jamais aimé la mer, et ce n'était pas près de s'arranger. Tous les fiers-à-bras du château de poupe étaient en train de se payer ma tête. Les jeunes blancs-becs de l'aristocratie, les vieux enseignes des Phalanges, les quartiers-maîtres goguenards et le maître de manoeuvre au cuir recuit, tous : jusqu'à ce crevard de héros, le patrice Bucefale Mastiggia ! Pas un qui aurait eu la correction d'aller voir ailleurs. J'avais l'impression que la moitié de l'équipage ricanait sur la délicatesse de mon estomac. Benvenuto Gesufal, assassin émérite de la Guilde des Chuchoteurs, maître espion de son excellence le Podestat de la République, était en train de vider tripes et boyaux à grands hoquets clapoteux : sûr que ça vous gondolait son loup de mer. Même ces deux petits morveux, les mousses, me montraient toutes leurs dents de lait."


Vous m'achetez ces deux bouquins là, maintenant, là, allez, hop...

Voir le profil de l'utilisateur http://www.etrigane.com
ça à l'air fort sympathique ma foi [après être passé à la librairie]... ouais il à l'air très sympa, il colle bien au personnage principal vue qu'il n'y est pas... je maudis la fièvre acheteuse de fin d'année.

Voir le profil de l'utilisateur

Heva

avatar
Fièvre acheteuse
Etrigane a écrit:Stop, arrêtez tout.

Vous m'achetez ces deux bouquins là, maintenant, là, allez, hop...

Tu veux vraiment que je tape dans mes réserves que je suis en train t'entamer là avec les soldes^^ santa Mais bon , encore un cadeau de Noël fait à moi même rendeer cheers

Voir le profil de l'utilisateur
je plussoie carrément Etrigane ! j'ai pris une grosse claque avec le recueil de nouvelles. A ce point marqué d'ailleurs que je suis encore hanté par l'histoire de ce prêtre, volontairement enfermé "à vie", telle ces femmes du moyen-âge.... A ce point marqué, que nous avons pensé à appeler notre enfant "Suzelle", si elle avait était fille, du prénom de cette paysanne dans l'attente de l'amour croisé au début de sa vie - magnifique nouvelle ! (ce fut un garçon, moment de joie quand même  alien  ). Jaworski est un grand de la littérature française; finalement on ne peut cantonner un livre, quand il est bon, à un seul genre.
Quant à "Gagner la Guerre", c'est de la même trempe, de la même classe. Certes un joli pavé, mais qui se dévore !

De la grande littérature !!!

Voir le profil de l'utilisateur
Je viens d'acquérir "Janua Vera", je l'attaque dés ce soir, quelle impatience et bonheur de découvrir un nouvel auteur.

Voir le profil de l'utilisateur
Tu vas vivre quelque chose de grand ami, je t'envierai presque sur ce coup là...

Voir le profil de l'utilisateur http://www.etrigane.com
polhair a écrit: A ce point marqué, que nous avons pensé à appeler notre enfant "Suzelle", si elle avait était fille, du prénom de cette paysanne dans l'attente de l'amour croisé au début de sa vie - magnifique nouvelle ! (ce fut un garçon, moment de joie quand même  alien  ). De la grande littérature !!!

HEY !!! Toutes mes félicitations !!!!!!!!!!!!!!!
Vous l'avez appelé comment du coup ?????
En tous cas, ce que tu dis est très touchant, si Jaworski savait cela, je suis sûr qu'il serait profondément remué par ce que tu viens d'écrire, Polhair.
Et oui, en effet, certains destins évoqués pourtant si rapidement, format nouvelle oblige, sont d'une profondeur à donner le tournis. Je n'ai pas ressenti cela depuis un moment, en fait, et je pense que Jaworski est un un grand auteur, pas "seulement" un auteur de fantasy.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.etrigane.com
(ce petit bonhomme s'appelle Stanislas et aura 4 ans demain.... jocolor  . je viens d'ailleurs de lui attraper La Grande Aventure Lego en solde chez steam. Va être content le bougre king

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum