Etrigane_House - Le forum

Jeux vidéos et autres passions !


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Commentaires sur l'article : L'Age d'or du jeu vidéo.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Je suis globalement d'accord avec ton article mais (il y a toujours un mais Twisted Evil ) je pense qu'il manque un aspect au sujet des studios indépendants et le système de financement via Early Acces et Crowfunding que tu n'as pas assez fouillé.

Patrick Walker, de l'EEDAR (Electronic Entertainment Design and Research), a pondu un article et une analyse sur le cas de l'early access. Par exemple sur la plateforme Steam seulement 25% des jeux ont été livrés en version finale et que l'accès anticipé est plus cher en moyenne que la version finale.

Je vous donne en lien deux articles intéressant (pour une fois) trouvés sur JV.com :

Je n'ai pas pu mettre les URLs de l'article, le forum l'interdit car mon inscription date de moins de 7 jours, je les rajouterai quand le forum m'y autorisera


Ce que l'on remarque, c'est que l'on a tendance a passé d'un extrême à l'autre, c'est à dire de la régulation presque despotique des grands éditeurs à du grand n'importe quoi de la part de studios indépendants qui se lancent tête baissée dans n'importe quel projet tout juste issu d'un bon gros "brainstorming" parfois digne d'une soirée de beuverie (salut Goat Simulator) à des projets qui sentent l’arnaque à plein nez et sont juste là pour ramasser un paquet de fric puis disparaitre dans la nature.

On en vient à des solutions comme celle d'Indiegogo (je n'ai pas pu mettre l'URL de l'article le forum l'interdit car mon inscription date de moins de 7 jours) qui teste une assurance pour les donateurs, il y a un vrai souci qui pointe le bout du nez avec ce nouveau système qui redonne une liberté aux développeurs.

Car si effectivement, l'aspect créativité et liberté artistique est une chose importante dans le monde du jeu vidéo, il ne faut pas oublier que c'est aussi une histoire de gros sous (même si on est pas une compagnie AAA), le marché du jeu vidéo ayant dépassé au niveau financier celui du cinéma.

Du coup, je parlerais plutôt de nouvel âge plutôt que de nouvel âge d'or du jeu vidéo, il se passe quelque chose de nouveau mais qui commence déjà à s’essouffler à peine sorti pour des raisons essentiellement vénales de la part de ces petits studios, ce qui est quand même un comble quand on sait que c'est ce qui était à la base reproché aux grands éditeurs, c'est à dire vouloir faire du fric à tout prix.

Donc oui de bonne choses peuvent sortir du système de financement participatif par les joueurs  mais avec un résultat de 25 % de projets qui aboutissent, Kickstarter en chute libre, sommes nous mieux lotis qu'avec les jeux AAA qui a quand même un pourcentage de jeu correct ?
Je pense au récent Dragon Age: Inquisition qui est une franche réussite et qui m'a emmené durant près de 100 heures dans une belle aventure RPG que je ne pouvais pas lâcher comme à l'époque de Baldur's gate.
Je suis d'ailleurs en train de refaire tout les Baldur's et Icewind Dale qui ont tellement bien vieilli, le travail artistique de chaque zone étant tellement génial.

Je les trouve même carrément supérieur par exemple  à Divinity : Original Sin (javais adoré Divine Divinity que je trouve supérieur) dont je me suis lassé très rapidement à cause d'une direction artistique globale peu inspirée et un gameplay qui au final montre vite ses limites, je voulais joué à un RPG pas à un jeu tactique, je préfère joué alors à "Valkyria Chronicle".
Ou même le futur "Pillars of Eternity", j'ai pu essayer brièvement la beta par le prêt d'un ami et c'est carrément en dessous des Baldur's pour plein de petites raisons tant artistique que de gameplay mal fichu.

In fine, mon impression c'est qu'il y a toujours eu de bon jeu et de mauvais jeu mais qu'aujourd'hui la production et donc la sortie de jeu a été multiplié par 10 (chiffre au pif) et que du coup c'est beaucoup plus difficile de faire le tri entre le bon grain et l'ivraie.
Donc, un nouvel age c'est certain mais tout n'est pas rose, loin de là.

Voir le profil de l'utilisateur
C'est un problème que je soulève depuis longtemps.
Tu met de l'argent dans un grand éditeurs, ubi, EA, etc... tu deviens actionnaire et tu as des droits, des garanties, une reconnaissance et protection vis à vis de la loi. Si tu n'es pas content des résultats, qu'ils soient sur la qualité du produit ou sur les bénéfices et dividendes reversées, tu peux le virer ! Maintenant imaginons que des Sony, des Microsoft, des Ubisoft soient en majorité aux mains des joueurs et non pas des spéculateurs, la production aurait une autre gueule et la politique sur les consoles genre on vas vous faire payer un abo pour jouer en ligne, ça passerait pas !

Qu'est-ce que tu as dans le financement participatif qui te protège ? qu'est-ce que tu as comme recours si tu n'est pas content du travail effectué ?
Rien ! néant ! que dalle ! que de chi ! tu t'es fait entuber, tu t'es fait entuber POINT !

Et c'est le problème et je ne pense pas qu'une assurance régleras les choses car quoi qu'il en soit tu devras la payer.

Moi je pense qu'on devrait s'inspirer du système qui existe aujourd'hui, celui des actionnaires pour l'adapter en parti au financement participatif. En virant tout ce qui est dividende car ce n'est pas le but mais en gardant l'encadrer juridique qui permet à ceux qui finance le projet d'avoir des moyens d'action, voir de représailles contre le dirigeant (remplacement), si celui ci ne tient pas ses promesses et surtout d'avoir un cadre juridique.

Voir le profil de l'utilisateur
Tout n'est pas rose, ça c'est sûr, malgré tout, je reste persuadé que quelque chose c'est déclenché et que l'engouement des joueurs pour des genres de jeux qui ont été complètement ignorés pendant des années va amener de nouveaux projets, peut-être plus aboutis et avec plus de moyens.
Le crowd funding et les early access sont risquées, je suis le premier à le dire, et on a de nombreux exemples de déceptions plus ou moins grandes. Ceci dit, il ne faut pas non plus oublier une chose, c'est que je crois vraiment que le développeur qui nique les joueurs une fois est plus ou moins grillé, et qu'il ne pourra pas recommencer une deuxième fois (je sais qu'une fois, c'est déjà trop, mais bon, cela amène quand même une sorte de "sanction").
Mon comportement vis à vis de Massive Chalice en témoigne : il y a quelques mois, le jeu aurait déjà été dans ma bibliothèque steam et plusieurs vidéos auraient été mises en ligne sur ma chaine. Mais après le coup que Double Fine nous a fait avec Spacebase DF9, eh bien c'est simple : je n'ai pas acheté Massive Chalice et je ne le ferai pas tant que le jeu n'existera pas en version finale et que je saurai exactement où je mets les pieds. Je ne suis pas le seul, rien que parmi les abonnés, Heva a réagi de la même manière, ce jeu l'intéresse clairement mais elle ne l'a pas pris à cause de l'effet Spacebase.
En se foutant des gens, les développeurs risquent aussi de se les mettre à dos et de saper le rapport de confiance un peu aveugle que demande le financement participatif.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.etrigane.com
Admin a écrit:...
En se foutant des gens, les développeurs risquent aussi de se les mettre à dos et de saper le rapport de confiance un peu aveugle que demande le financement participatif.

Je vais rebondir sur ça, car c’est effectivement le nœud du problème comme l'a bien souligné LuciferDeus.

Soit les joueurs vont se comporter comme ils le font dans le monde du jeu AAA, c'est à dire en vache à lait et payer leur add-on COD avec 3 maps à 30€ sans moufter.
Soir les joueurs vont se détourner du système de financement participatif comme tu le penses.

Dans les deux cas, cela sera un aveu d'échec de ce système participatif qui aurait du permettre plus de transparence, plus de créativité si les développeurs avaient tous "joué le jeu".
En l'état, force est de constater qu'il n'y a que quelques titres qui tirent leur épingle du jeu sur les centaines de projets présents sur Kickstarter et Steam Early Acces, je viens de tomber sur l'aveu d'échec de "Godus" par Peter Molyneux lui même, ça fait froid dans le dos.

Et parallèlement à ça, au niveau CA du jeu vidéo selon les derniers chiffres publiés par diverses études sur Internet (DFC Intelligence,  TNS Sofres, etc.) ceux qui augmentent leur part de marché en 2014, c'est le jeu online et le jeu sur smartphone.
Et une prévision de DFC Intelligence nous dit ceci :

Les jeux online sur PC et les jeux mobiles représenteront en 2019, 35 milliards de dollars sur un total estimé à plus de 100 milliards toutes plates-formes confondues.

La part du lion est donc pour les MOBAs, MMOs, FPS multijoueurs et tout les petits jeux sur smartphone remplis de micro-paiement.

Du coup, je dirais qu'il y a bien eu un sursaut de la part des joueurs qui se sont jetés sur les Kickstarters et Early Acces mais que celui-ci est en train de retombé comme un soufflé mal cuisiné.
Donc oui une tranche de joueurs recherche de bons RPG, de bons jeux de simulation, c'est clair.
Mais le marché du jeu vidéo complètement détraqué du côté des producteurs (développeur AAA ou indépendant, grands éditeurs) qui encore et toujours ne réfléchissent avant tout qu'en matière de profit et cela certainement à cause d'un marché qui est devenu ultra concurrentiel ne me semble pas permettre de revenir à une époque où la créativité et la qualité était au rendez vous.

D'où l'intérêt de petite communauté de joueurs comme celle que tu crées Etrigane via ta chaine et maintenant ici, merci à toi de nous offrir cet endroit pour échanger nos opinions, afin de se conseiller mutuellement dans cette jungle du jeu vidéo (c'est hallucinant le nombre de sorties hebdomadaire) sur base de nos goûts communs mais certainement atypique du joueur type en 2014.



Dernière édition par Le Saint le Ven 12 Déc - 13:42, édité 1 fois (Raison : orthographe)

Voir le profil de l'utilisateur

Heva

avatar
Fièvre acheteuse

En l'état, force est de constater qu'il n'y a que quelques titres qui tirent leur épingle du jeu sur les centaines de projets présents sur Kickstarter et Steam Early Acces, je viens de tomber sur l'aveu d'échec de "Godus" par Peter Molyneux lui même, ça fait froid dans le dos.


oui j'ai vu ça aussi , je l'ai dans ma collection il était pas mal parti et j'attendais patiemment pour y rejouer , mon beauf me l'avait offert l'ayant vu dans ma liste de souhait; je ne vais pas lui dire que le jeu tombe à l'eau s'il ne voit pas cette news , pour qu'il ne soit pas déçu de son cadeau .

Voir le profil de l'utilisateur
Oui enfin il ne faut pas oublier que la très large majorité des projets de jeu vidéo n'aboutissent jamais. Ce n'est pas nouveau. Demandez donc aux éditeurs le nombre de projets qu'ils abandonnent en cours de route, vous seriez surpris. Le financement participatif a simplement fait découvrir aux joueurs que faire un jeu c'est difficile même avec toute la bonne volonté du monde. Des idées qui paraissent géniales sur le papier peuvent se révéler nullissimes en pratique, ou très difficilement réalisable techniquement parlant. La grosse différence entre le financement participatif et le financement classique est donc essentiellement dans la visibilité des échecs.

Quand les gros éditeurs annulent des projets, les joueurs n'en savent rien généralement. Quand un financement participatif échoue là, c'est la grande catastrophe. Sauf qu'un financement par définition c'est une prise de risque. Et je trouve que l'avantage du financement participatif c'est justement la dilution  de ce risque. Certes les joueurs perdent quelques euros lorsqu'un projet échoue, mais ils ne risquent pas la faillite. À l'inverse les investisseurs privés qui financent les jeux peuvent se retrouver par terre si les projets échouent. C'est pour cette raison que le financement participatif peut permettre la création de projets moins calculés sur l'orientation du marché et plus sur la qualité de l'oeuvre en elle même.

Voir le profil de l'utilisateur
reebob a écrit:Oui enfin il ne faut pas oublier que la très large majorité des projets de jeu vidéo n'aboutissent jamais

Faut peut être pas dire de bêtise non plus et comparer ce qui est comparable.
Si tu parle du mec qui vas voir un éditeur avec son projet sous le bras en disant "j'ai un jeu à vous proposez" et que l'éditeur lui réplique "c'est intéressant mais on vas pas le financer" ok ! mais la très grande majorité des jeux que les éditeurs décident de financer aboutissent. C'est ça la réalité et pas l'inverse comme tu le laisser entendre. Après oui ! il y a des projet qui avortent, ça arrive et on en entends parler. Des projets parfois en production depuis plus d'un ans et dans lequel les éditeurs ont mis déjà beaucoup d'argent mais là majorité des projets qu'ils décident de financer, aboutissent !

Et d'ailleurs pourquoi ?
Parce qu'il y a des lois, des règles, qui protègent les entreprises, tu finance un projet, il t'appartient, ça te donne un droit de regard sur le produit et ceux qui le produisent, des possibilités d'actions comme remplacer l'équipe pour en mettre une autre à la place afin de sauver le projet et donc ton investissement.

En financement participatif, qu'est-ce que tu as ? Il est là le problème.
Rien n’empêche de fournir une démo faite par des bulgares que tu connais même pas et de pondre un concept à la con et alléchant et une fois que tu as la tune de te casser en disant voilà votre jeu, le pire c'est qu'ils ne sont même pas obligé de déménager, de changer de nom voir de pays.
Çà, ça s'appelle de l'escroquerie et dans le monde de l'entreprise, ou il y a des lois, un contrat, enfin tout un tas de protection fait justement pour éviter ce genre de chose et protéger les investisseurs de l'escroquerie, il y a des moyens d'actions, c'est peut être aussi pour ça que la plupart des projets qu'ils financent aboutisses.
Les mecs ont peut être pas envie de jouer au con en montant une escroquerie et en devant s’exiler et se planquer jusqu'à la fin de leurs jours. Après ça veut pas dire qu'ils sont compétent et qu'ils réussiront à faire ce qu'ils ont promis mais ça, c'est autre chose et il y a d'autre moyen d'action d’ailleurs pour pallier à ça. qu'est-ce qu'il y a au niveau du financement participatif pour éviter ça ?
Il est là le problème, l'escroquerie et pas le studio qui à la base était de bonne foi mais qui n'arrive pas avec le budget qu'il a demandé à boucler le projet, ça je veux dire, il y a toujours un risque. Si tu veux éliminer le risque tu prends un concept bien maitrisé avec une équipe que tu connais et ça te donne du call of chaque année, très intéressant.

Voir le profil de l'utilisateur
reebob a écrit:Oui enfin il ne faut pas oublier que la très large majorité des projets de jeu vidéo n'aboutissent jamais. Ce n'est pas nouveau. Demandez donc aux éditeurs le nombre de projets qu'ils abandonnent en cours de route, vous seriez surpris. Le financement participatif a simplement fait découvrir aux joueurs que faire un jeu c'est difficile même avec toute la bonne volonté du monde. Des idées qui paraissent géniales sur le papier peuvent se révéler nullissimes en pratique, ou très difficilement réalisable techniquement parlant. La grosse différence entre le financement participatif et le financement classique est donc essentiellement dans la visibilité des échecs.

Quand les gros éditeurs annulent des projets, les joueurs n'en savent rien généralement. Quand un financement participatif échoue là, c'est la grande catastrophe. Sauf qu'un financement par définition c'est une prise de risque. Et je trouve que l'avantage du financement participatif c'est justement la dilution  de ce risque. Certes les joueurs perdent quelques euros lorsqu'un projet échoue, mais ils ne risquent pas la faillite. À l'inverse les investisseurs privés qui financent les jeux peuvent se retrouver par terre si les projets échouent. C'est pour cette raison que le financement participatif peut permettre la création de projets moins calculés sur l'orientation du marché et plus sur la qualité de l'oeuvre en elle même.

Je vois ce que tu veux dire mais je pense que tes conclusions sont incorrectes, relis l'intervention de LuciferDeus avant hier, ce qu'il dit me semble beaucoup plus pertinent.

Des investisseurs classiques ont un droit de regard sur un projet, des moyens de vérifier les processus de développement et de stopper les frais si le projet va droit dans le mur et donc de ne pas se retrouver en faillite.

Faire des clients (les joueurs) les financiers du projet sans aucun droit de regard, sans pouvoir et sans possibilité de récupérer les fonds engagés en cas de non respect du cahier des charges, c'est ça qui pose problème dans le financement participatif.
Un exemple cité par Etrigane justement c'est "Spacebase DF9" qui sort brutalement en version définitive bien loin du cahier des charges initial et les devs passent sur un autre projet.
Et les joueurs qui ont financé ce jeu ont juste le droit de vociférer APRES coup leur déception mais n'ont aucun moyen d'agir pendant le projet ou après pour cahier des charges non respecté.
Ca c'est le gros danger du financement participatif et avec taux d'échec de 75 % de ce type de projet c'est très inquiétant.

Si je prend mon cas personnel, j'ai un budget serré au niveau achat de jeu vidéo, il est donc hors de question que je mette de l'argent dans ce type de projet hasardeux sur lequel je n'ai aucun droit de regard, ni droit à la parole et au vu de la baisse significative sur Kickstarter de financement en 2014 par rapport à 2013, je pense que beaucoup de joueur l'ont compris.

Donc pour moi, le financement participatif n'est pas une solution viable à terme pour le marché du jeu vidéo, cela a juste montré qu'une certaine population de joueur passionné de jeu vidéo étaient intéressé par des types de jeu délaissé par les grands éditeurs.
Et je souhaite que les éditeurs en tiennent compte et refinance ce type de projet à l'avenir car il y a effectivement un marché pour ce type de jeu.

EDIT : ha ben voila Luciferdeus vient de poster exactement en même temps que moi pour dire pratiquement la même chose Wink

Voir le profil de l'utilisateur
[quote=]
EDIT : ha ben voila Luciferdeus vient de poster exactement en même temps que moi pour dire pratiquement la même chose Wink[/quote]

HANNNNNN !!! LE COPITEUR !!!! XD

A la différence de toi, par contre, je pense que ça peut être une solution à condition d'y apporter les garanties juridiques nécessaire pour protéger l’investisseur.
Et d'ailleurs, comme tu le dis, la première des choses, c'est qu'on arrête de voir la personne comme un client mais comme un investisseur, ce qui change beaucoup de chose. Wink

Voir le profil de l'utilisateur
Voilà un échange intéressant.
Vous avez raison sur beaucoup de points, et ce qui me semble important dans l'histoire, c'est la prise de conscience que cela a sans doute amené.
Les jeux développés en crowd funding, même quand ils vont au bout, ont rarement le niveau de finition d'un jeu édité "normalement". L'engouement qui a été généré, en revanche, a largement de quoi remettre les pendules à l'heure quant aux lignes éditoriales, et ramener des jeux dans le cahier des charges des gros éditeurs qu'on avait pas vus depuis bien longtemps.
Un des premiers à avoir réagi a d'ailleurs été ubi soft, il ne faut pas oublié qu'ils ont fait Might and Magic X après que Grimrock soit sorti.
En ce sens, j'accepte qu'on parle davantage d'un "nouvel élan" ou d'un "renouveau" plutôt que d'une nouvel âge d'or qui vous avez raison, ne se produira peut-être pas au sens où on peut le comprendre.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.etrigane.com

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum